On veut du Queer!

Le One Woman Show d’Océanerosemarie

In Nightlife & Special Events on mai 12, 2011 at 9:37

Après un poireautage dans les règles de l’art, un épisode à la Astérix et les douze travaux (cf. le moment où ils sont à la recherche du formulaire B et des poussières et se tapent 20 allers et retours dans les escaliers) durant lesquels nous étions incapables de repérer le guichet pour retirer nos places, nous avons finalement pu assister à la représentation, dont j’avais entendu moult éloges.

Le spectacle commençait à 9h30. Je me suis pointée à 9h00, rendez-vous que nous nous étions fixé une pote et moi, devant le théâtre du gymnase. 9H00, elle n’est pas encore là. 9h10, toujours personne. 9h15, je suis seule au milieu d’une foule majoritairement féminine, et plutôt lesbienne, commençant à me demander si je ne vais pas finir par regarder le spectacle en solo.

Vous vous dites: et les portables cocotte, c’est fait pour ça! Oui, mais en grande étourdie que je suis, je n’avais pas pris la peine de demander le téléphone à mon amie, pensant déjà l’avoir (nous nous connaissons depuis des années parce que nos parents sont amis, mais ne la voyant qu’occasionnellement…). Bref, 9h25…je me décide à appeler ma mère, qui connait sa mère, qui pourra me donner son numéro de téléphone. Et nous nous retrouvons…Elle et ses amis du forum de manga lesbien.

Après avoir réussi à récupérer les places que nous avions pris la peine de réserver (et heureusement car autrement…quelle foule!), nous asseyons enfin nos petits culs (…) sur la chaise et attendons qu’Océanrosemarie se manifeste.

Le spectacle est au top. Je n’avais vu que quelques extraits sur youtube, mais le reste m’a également enchanté, si ce n’est plus. Océanerosemarie est pétillante, Océanerosemarie est jolie, Océanrosemarie est drôlissime (surtout quand elle parodie le générique de L word), Océanerosemarie met le doigt sur les travers de la vie lesbienne, qui bien sûr émanent de son vécu et sont (en langage sorbonnien) éminemment singuliers. Mais ils résonnent de manière étrangement familière à nos petites oreilles de gouines.

Les numéros chantés (et dansés, il faut le dire) sont savoureux, surtout la reprise de Je n’ai besoin de personne en Harley Davidson. Et les personnages, qu’il s’agisse de papa ours, monsieur Tintin, Scorpiona, véro, Chrysanthème, Bérénice et j’en passe, nous font passer de délicieux moments.

Bref, je me suis bien marrée! Tout en m’identifiant, mais pas tant que cela. Et cela ne m’étonne pas. Les lesbiennes ont en commun leur orientation sexuelle mais leur identité est multiple et influencée par un tas d’autres facteurs. Certes, j’adore Mulholland Drive, Kylie Minogue et Jennifer Beals mais j’ai d’autres intérêts dans la vie que la culture lesbienne qui n’est qu’une sous-culture intégrée à tout ce qui m’a construite jusque présent.

Il est néanmoins vrai qu’ayant été moi-même, lesbienne invisible il y a peu (cheveux longs, bouclés, descendant jusqu’en bas du dos…fatal), j’ai pris plaisir à retrouver la surprise et le désarroi qui ont été le mien dans mes jeunes années, pour mieux les dédramatiser…

Et son interview sur l’émission de Stéphane bern…toujours une occasion d’entendre sa voix suave et tellement …hum…sensuelle (Océanerosemarie si tu me lis :)):

la voix douce et sensuelle d’Océane, c’est ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :