On veut du Queer!

The L Amsterdam

In Nightlife & Special Events on août 2, 2012 at 7:14

20120802-210644.jpg
Première étape de mon eastern trip: Amsterdam. Entre les musées, les coffee shop et le quartier rouge, j’ai également pu tâter du bar goudou et chopper deux ou trois infos LGBT qui peuvent servir!

Petite info pour commencer et qui peut toujours intéresser les filles qui veulent faire un séjour safe et pas cher: j’ai choisi de dormir dans une auberge de jeunesse exclusivement réservée aux filles du nom d’Hostelle. Très propre, très sûre, à 20 minutes du centre ville, je n’ai pas regretté mon choix…Ou peut être une dizaine de minutes quand la mémé chinoise s’est mise à ronfler dans le dortoir que nous partagions.

Alors une chose à savoir, être une petite gougnotte ou un pédé total ne pose aucun problème à Amsterdam. Les drapeaux se succèdent sur Warmoestraat et ondulent sur les devantures comme des oriflammes. Les touristes LGBT ont même leur pink point sur Raadhuisstraat près de la maison d’Anne Frank. Derrière le kiosque, un plan de la ville recensant tous les établissements LGBT, des hôtels, aux bars en passant par les saunas.

Vous me pardonnerez ma triste subjectivité, mais ma gougnotterie a naturellement attiré mon attention sur les bars à filles. Comme d’habitude, 90% des adresses concernent les mecs, les nanas se disputent le reste…donc 3 bars à se mettre sous la dent. Et à noter, un bar à drag queen !

Le plan mentionne le Reality bar sur reguliersdwarsstraat, le Saarein bar sur elandstraat et enfin, celui que j’ai testé, le Vivelavie. Il se situe du côté de Waterlooplein (arrêt de métro sur la ligne 54). Une fois sorti du métro, il faut traverser le pont qui mène du côté de Rembrandtplein. On tombe sur Amstelstraat. Pour trouver notre noisette de Scrat, s’arrêter au numéro 7.

Arrivée vers 21h, je commande une bière, ma sœur un cosmo. La barmaid est juste super canon et ne lésine pas sur les clins d’oeil. Plus tard, elle fait également profiter tout le monde de ses jolies formes en dansant sensuellement sur le bar. Très intéressant. Dans le bar, tous les âges, tous les styles. L’ambiance est très sympa, et les filles sont jolies et nombreuses, si bien qu’il devient difficile de danser passée une certaine heure en regard des dimensions réduites du bar.

Personnellement, je me suis couchée à 4h du matin, torchée. Le métro s’arrête à minuit trente depuis Centraal Station, mais des bus de nuit (le 355 et le 357 en l’occurrence) m’ont permis d’atterrir à bon port.

Pour l’anecdote, au musée Van Gogh, ne pas manquer le tableau du peintre Louis Anquetin intitulé Woman on the Champs Elysées at night de 1891. On y voit une élégante dame de profil, et derrière elle, des calèches. Il s’agirait d’une goudou de la haute à la recherche d’une brève étreinte. Pour se repérer les dames avait un signe bien particulier: elles se passaient la langue sur les lèvres (ouh les coquines), ce qui expliquerait que la bourgeoise sur la peinture ait la bouche légèrement entrouverte…

First stop of my trip in Eastern Europe: Amsterdam! Museums, coffee shops, red district were not the only spots I was craving to see. I had the opportunity to try a lesbian place and I did not miss the occasion to catch some interesting LGBT tips.

First strategic information to mention for female travellers looking for a cheap and safe place to stay: the Hostelle. It’s a youth hostel exclusively dedicated to women. Super safe, super clean, and located 20 minutes away fom the center, I did not regret my choice…or maybe few minutes during the night when the chinese grandma I shared the dormitory with began to snore quite…loudly.

To know: little dyke, total fag or super drag queen, nobody cares who you like to have sex with in Amsterdam. Gay flags are proudly floating along Warmoestraat. LGBT tourists have their pink point on Raadhuistraat, near Anne Frank’s House. They can get some informations there about the gay&lesbian adresses in the city. Bars, hostels or saunas, they all are indicated on a map behind the kiosque.

I am sure that you will forgive my predictable subjectivity, but my dykeness naturally drove my attention on the lesbian bars. 90% are dedicated to men, as usual…gals have to deal with the 10% left. To notice: a drag queen bar!

The map mentions the Reality bar on Reguliersdwarstraat, the Saarein bar on Elandstraat and the one I have been to: the Vivelavie. It’s located at the Waterlooplein métro station, Line 54. Once you’re out, you have to cross the bridge that goes to Rembrandtplein to reach Amstelstraat. To find our special Scrat’s nut, stop at number 7.

At 9pm, I was ordering my holy beer while my sister prefered a cosmopolitan. The barmaid was a hottie and generously distributed winks. Later in the night, she sensually danced on the table. Yummy. Girls were pretty and numerous, from all ages and styles, so numerous that I met difficulty dancing in this small bar.

If you want to know the end, I ended up wasted and went to bed at 4am after a wonderful night. Subway stops at 00:30 from Centraal Station but there are some night buses (the 355 and the 357 to go to Hostelle).

Little funny detail: don’t miss this painting at Van Gogh museum, the one from Louis Anquetin titled Woman on the Champs Elysées at night (1891). We can see an elegant lady with some carriages behind her. Comments says that this lady would be an upper class dyke looking for one stand. To recognize eachother, these ladies used to lick their lips, that would explain why the one on the painting slightly opens her mouth…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :