On veut du Queer!

Error: Lesbians Not Found

In Nightlife & Special Events, Uncategorized on août 11, 2012 at 11:14

A Amsterdam, j’avais trouvé de la gougnotte à ne plus savoir où donner de la quenotte. Comme dirait Godeffroy le Hardi, ces amuses bouche m’avaient mise en appétit. J’attendois les bonnes poulardes. Que Nenni. Au lieu de ça, il m’a fallu serrer la ceinture (de chasteté). Grâce au ciel, la fin du voyage fut une apothéose.

BERLIN – NOT FOUND

C’est à Berlin que je salivais. Scène lesbienne réputée, je m’attendais à des bars et des clubs alternatifs peuplés de goudous branchées. Je me suis de toute évidence mal débrouillée car le soir que j’avais consacré à mon enquête s’est terminé en queue de poisson. Le Margie’s Frauen Bar sur Hohenstaufenstrasse est resté désespérement introuvable. Si vous avez l’occasion d’y aller, prière de faire circuler vos infos. J’ai vu qu’il y avait d’autres adresses, notamment le Freizeithem sur Schonhauser Alee (filles tous les jeudis) ainsi que le Serene Bar ( bar mixte mais filles le jeudi et le samedi). Pour une alternative mixte, le SchwuZ, sur Mehringdamm (mixte) ou le So 36 sur Oranienstrasse.

PRAGUE – NOT SEXY

A Prague, je suis allée tester le Jampa Dampa (V Tunich 10), situé dans la nouvelle ville. Nom exotique pour lieu exotique… Au premier abord, quand tu entres dans le bar, tu te dis que tu t’es encore faite bouillave par la dénomination optimiste de bar « lesbien ». Pour tout avouer, au début, je me suis même dit que c’était un bar bear car la première chose que j’ai vu en entrant, c’est deux mecs attablés, ventre proéminent et épiderme ignorant le contact de la mousse à raser. En fait, il faut prendre l’escalier qui mène au sous-sol, et là tu as effectivement quelques filles, du local, qui se mettent péniblement à danser passée une certaine heure. Mais je dois avouer que le type tchèque, c’est pas trop ma tasse de grog. Affaire de goût.

VIENNE – NOT OPENED

A Vienne, j’étais plus que motivée pour aller rendre visite aux autrichiennes au Frauencafé (Lange Gasse 11). Ben il était fermé, le bar. Bon, c’était en semaine certes, mais quand même, las boulasses.

BRATISLAVA – NOT EXISTING

No comment.

CRACOVIE – NOT FOUND

J’ai erré un bon moment sans trouver le Plastic (supposé localisé sur Berka Joselewicza, 21c), plutôt gay si j’ai bien compris mais dans lequel j’avais espoir de trouver quelques jolies polonaises. J’ai pu contaster dans les commentaires concernant le bar que je n’avais pas été la seule à faire des vironzons dans les rues du quartier pour finir bredouille. J’ai vu trop tard qu’il en existait un autre, le LAF (7, Wolnica, ouvert le vendredi et le samedi), si vous avez l’occasion d’y faire un tour. A la place, j’ai fait un effort de socialisation en entamant conversation avec des mecs fort sympas à l’Alchemia, bar recommandé par le Lonely Planet donc touristique, mais acueillant, dans le quartier juif de Kazimierz. Enfin, ça vaut pas une jolie brune.

A ce stade du voyage, je me disais que jamais l’invisibilité des lesbiennes ne m’était apparue aussi tangible. Je veux bien que toutes les capitales des pays d’Europe Centrale ne s’appellent pas Berlin ou Paris, mais ça reste quand même bien plus facile pour les hommes de s’encanailler. Les femmes, c’est une autre paire de manches.

BUDAPEST – NOT DISAPPOINTED

Pas question de rester sur ma faim, alors j’ai poursuivi mon enquête LGBT à Budapest. Une rapide recherche google me désigne l’Eklektika (Nagyzemo Utca, 30), que le Lonely Planet mentionne d’ailleurs dans la rubrique entertainment LGBT, le décrivant comme le bar lesbien « non officiel de Budapest »…J’avais raison de me méfier de la formulation. Point de bombasse pour venir, dans un doux miracle, me courtiser…non non…Par contre, je me fais offrir un verre de vin par le seul mec du restau…et pas franchement du genre de celui qui pourrait me faire virer de bord. Bref, je commande un goulash et questionne le serveur sur les places to be quand t’es gougnotte à Budapest. Il me répond sans hésiter que deux rues plus loin, sur Dessewffy Utca, numéro 33, se trouve l’Alter ego. Immédiatement méfiante, je lui demande de me confirmer qu’il s’agit bien d’un endroit mixte. affirmatif. A 23h30, je suis in the house. C’est presque désert, quelques invididus à pénis patientent ici et là dans les recoins sombres du club. Alors essaye pas de te socialiser avec des pédés quand ils sont en chasse…C’est comme proposer un escalope milanaise à un végétarien. Failure.

A minuit, ça se remplit d’un coup. Des chaises sont disposées devant une scène et je vois les gens s’asseoir. La curiosité me tenaille, je pose mes petites fesses et attends le début des festivités. Et ben mazette! Je ne suis pas déçue! Plutôt que de me perdre en descriptions inutiles, je vous laisse mater la vidéo prise sur les lieux du crime. L’alterego accueille des show trans, et ce sont de sacrées bombasses (sauf rare exception)!

I was crazy with lezzies in Amsterdam. After a good warm-up, it’s normal to be demanding for the course of the following events. Not a jot my lord! Instead, I had to tighten my belt (especially the chastity one). Fortunately, the last destination of my journey ended up more than well!

BERLIN – NOT FOUND

I was drooling over Berlin. Famous lesbian scene, I had strong expectations in terms of bars, alternative clubs, and trendy dykes. I obviously messed my researches up because I couldn’t manage to find the Margie’s Frauen Bar normally located on Hohenstaufenstrasse. If you go there and find this invisible place, please keep me informed. Otherwise, I have heard about other addresses but couldn’t find the time to try them out: the Freizeithem on Schonhauser Alee (girly every thursday), the Serene Bar (mixed bar but girly on thursday and saturday). For a mixed alternative, the SchwuZ, on Mehringdamm or the So 36 on Oranienstrasse!

PRAGUE – NOT SEXY

In Prague, I went to the Jampa Dampa (V Tunich 10), located in the new town. Exotic name, for an exotic place… Your first impression is that you have once again been tricked by the optimistic « lesbian » label. I would even confess that the first glance I took once entered ended with the following analysis: BEAR PLACE! A couple of men with big stomaches, and generous beards (my favorite kind ;)), was sitting just in front of the entrance. In fact, you just have to go downstairs and you find some chicks there, mostly local ones, who hardly dance later in the night. But Czech girls…not really my type. Just my taste.

VIENNE – NOT OPENED

In Vienna, I was more than motivated to visit austrian girls at the Frauencafe (Lange Gasse 11). But…well…Closed. Yes, it was during the week, so what??? Lesbians are not grandmas, they like to go out every nights! I was pissed off.

BRATISLAVA – NOT EXISTING

No comment.

CRACOVIE – NOT FOUND

I hung out a while without being able to find the Plastic Bar (supposedly located on Berka Joselewicza, 21c). More gay than mixed if I understood well, I was still hoping to meet some nice and pretty polish girls. I have noticed later that I wasn’t the only one who couldn’t manage to find this bar. Apparently, there is another place, the LAF (7, Wolnica, open on friday and saturday), if you want to try it out. Instead, I socialized myself with nice guys at the Alchemia Bar (Lonely Planet recommandation, so quite touristy but worthwhile) in the jewish Kazimierz district. A cute brunette remains better😉.

At this moment of my trip, I was thinking that lesbian invisibility never seemed so clear and unfair to me before. I can accept the fact that all capitals of Europe aren’t like Paris or Berlin, but still, having fun in dedicated places remains much more easier for men. Lezzies aren’t so lucky.

BUDAPEST – NOT DISAPPOINTED

No way that I give up! So I kept on looking for LGBT places in Budapest. I googled « lesbian bar Budapest » and Eklektika came out (Nagyzemo Utca, 30). It is mentionned by the Lonely Planet as well, as the « unofficial lesbian bar of Budapest »… I was right by being suspicious about this formulation. Instead of being chased by a hottie, I have been offered a glass of wine by the only guy of the restaurant…and not really the kind that could possibly invert my sexual orientation…I ordered a goulash and asked where were located the lesbian places to go. « Alterego« , the waited answered, « few steps away from here, on Dessewffy Utca, number 33 ». At 23:30, I’m in the house. The place is empty or almost, some individuals with penis are running their solitude, waiting for a handsome. Little advice: don’t try to socialize with huntsfags…to make a doubtful comparison, it’s like offering a wiener schnitzel to a vegetarian…FAILURE.

Midnight rings and the place is suddendly full of boys, and some girls. Chairs are settled in front of a stage so, titillated by my own curiosity, I sit down and wait for the show. My goodness! I was not disappointed! Boring descriptions are useless. I took some videos so let’s have a look at them. The Alterego welcomes trans shows and they are simply stunning!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :