On veut du Queer!

La dissert anti-pédégouines des branlots de la République

In Actu'elles on novembre 10, 2012 at 11:34

J’ai corrigé les copies sur le mariage pédégouine des gentils petits écoliers de la République française (petite Marine Le Pen, petit Jean-François Copé, petit Mgr Barbarin, petit Serge Dassault et consorts), et j’ai le regret de dire que ce sont des merdes absolues. Ces raisonnements foireux révèlent que les forces conservatrices dominantes s’accrochent aux branches pour justifier une position bancale. Elles n’ont plus le monopole du savoir, alors elles sortent les violons, et ce faisant, nous prennent pour des braves cons.

Il y a encore quelques semaines, la crétinerie des punaises de sacristie, des droitistes durs et des méchants fachos provoquait chez moi un amusement de bon ton. Oui bon, me disais-je, ils sont un peu limités et d’une mauvaise foi à la limite de l’arriération mentale, mais ce ne sont pas des mauvais bougres*. Il faut leur pardonner, ils sont un peu effrayés les petiots, et c’est bien compréhensible. Courbettes, comprenette, indulgence face à ces réactions somme toute profondément humaines à la perspective du changement: rétraction, angoisse, sentiment d’insécurité. Effectivement, le débat est nécessaire me disais-je in petto, rassurons les anxieux. Bref, la brave conne quoi.

« L’humour est la politesse du désespoir » disait Boris Vian. Ça va bien de se payer une barre un temps, mais le désespoir a vite fait de refaire surface, et l’humour de virer au rire jaune pisseux. Continuer de se poiler maintenant serait une erreur. Ce serait sous estimer une opposition qui de son coté prend tout ça très au sérieux, et continue de vomir sa pourriture en faisant croire que c’est comestible. Avec la rengaine: « nous avons droit au débat dans un pays démocratique», on se paye nos têtes dans les règles de l’art. L’homophobie n’est pas une opinion.

Cette homophobie est à peine camouflée, tout juste légèrement déguisée. Pour débattre de la question, les gonzes n’ont pas tellement du matos de qualité dans le ciboulot, alors ils s’arrangent pour agiter la grande gueule de leurs pantins préférés, experts et spécialistes de tout poil, pour  refourguer la came avariée tant bien que mal. D’où la faiblesse de l’argumentaire, dont je ne suis pas la seule à m’étonner. Ce sont en général les tartes à la crème que même le pire cancre d’une classe de branlots finis arrive à placer dans la thèse de sa dissertation. Thèse normalement vouée à être atomisée par la synthèse et l’antithèse, qui elles sont toujours plus exigeantes cérébralement parlant.

Quels sont ces arguments de prisunic? Nature, morale, psychologie, le trio gagnant! Discours d’émotions contre discours de raison et appel à l’inconnu plutôt qu’à la connaissance, pour justifier une position qui n’a autrement aucune assise confortable et crédible. Acculés sur le plan du savoir, les bigots et les fachos font nécessairement appel à ce qui n’a pas besoin d’être justifié (la nature), ce qui est vrai a priori comme fondement (la morale), ou ce qui ne peut pas vraiment être vérifié, mais qu’il faut prendre en compte comme un « principe de précaution » (la psychologie).

Une nécessité d’autant plus vraie que les minorités ont pris la parole depuis les années 1980, qu’elles refusent d’être parlées comme elles l’ont été pendant si longtemps par des discours de savoir-pouvoir réservés à une poignée d’ « experts » (le terme est anachronique) ventriloques censés représenter la majorité, les dominants. Ces minorités détiennent aussi le savoir, peuvent se défendre sur le plan de la connaissance. Voilà donc les forces conservatrices contraintes de faire appel à un autre type de pression pour les contrer et les réduire au silence, d’ordre émotionnel.

Petit a/ de la thèse des branlots de l’opposition: le lobby gay, cette organisation « occulte » qui agirait en coulisse façon franc-maçonnerie. La demande du mariage pour tous n’est pas l’expression de la volonté générale, et donc ne mérite pas d’être inscrite dans la loi, nous dit-on. Elle est portée par une minorité d’individus qui souhaitent imposer leurs intérêts au détriment de la majorité. Une minorité qui s’apprête à poignarder la société dans le dos, en quelque sorte.

Petit b/, refuge derrière la biologie et la psychologie: le mariage pédégouine, c’est contre nature, c’est le mal. Les cancres les plus aboutis font aussi appel à l’inconnu de l’inconscient pour mettre en garde contre les risques de l’homoparentalité, dont on ne peut pas être certain qu’elle est bénigne pour l’enfant. Putain ils ont trouvé une bouée dans la tempête, et ils la lâchent pas les fachos. En toutes autres circonstances, ils l’auraient considérée avec mépris, cette psychologie de comptoir, se targuant de cet incorrigible cartésianisme à la française.

Enfin, petit c/, bouquet final, cerise sur le gâteau, spéciale Dassault cassdédi : notre société décadente attribue un droit à des individus qui ont fait un choix – cet argument est émis dans la méconnaissance totale de la réalité de l’homosexualité – et qui doivent l’assumer. Ce choix est d’ordre moral, puisqu’il se fait au bénéfice de ses préférences personnelles, et au détriment de la société qui a besoin d’individus hétérosexuels pour être perpétuée. On ne peut pas vouloir être homosexuel, et bénéficier des droits hétérosexuels, autrement dit, « On ne peut pas avoir le beure, l’argent du beurre, et le cul de la crémière», voyons.

J’arrête de rire, j’arrête de jouer à la connasse bravette. Homos militants ou non, hétéros favorables ou non, devraient se sentir insultés par un discours de cet acabit, qui prend manifestement les gens pour des gentils couillons.

*(Jadis, coquinous friands de sodomie).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :